Modifier

Comment peut-on revisiter l'histoire et la géographie d'un pays par la donnée ? Voici l'expérience que je vous propose de mener avec cette exploration de la "Canadian Geographical Names Database" qui recense 350 000 noms de lieux officiels pour l'ensemble du Canada. La base de donnée est gérée par le GNBC (Géographical Names Board of Canada), entité du gouvernement canadien aujourd'hui rattachée au Ministère des ressources naturelles.



Cartographie de la base de donnée



Où sont les lieux "nommés" sur le territoire canadien ? Que designent-ils surtout ? Des rivières, des lacs, des montagnes, des villes ? Quelles sont les provinces avec le plus et le moins de toponymes (en raison de leur taille ou de leur faible densité de peuplement) ? La visualisation ci-dessous permet d'explorer la base par province et grandes catégories de toponymes. C'est le Québec (env. 8,4 millions d'habitants), pourtant moins peuplé que l'Ontario (env. 13,5 millions d'habitants) qui détient le plus grand nombre de toponymes au Canada, essentiellement en raison du grand nombre de lacs et de lieux associés à l'eau sur son territoire.

Made with Flourish


La densité de toponyme par province varie beaucoup et reflète une inégale densité de peuplement. Ainsi le Nunavut, de loin la plus grande province canadienne qui occupe la majeure partie du grand nord, ne compte qu'un peu moins de 9500 toponymes. On peut en déduire qu'il s'agit d'une province immense et quasi-désertique. Les territoires du nord-ouest ont les mêmes caractéristiques, également en raison des hautes latitudes et du climat qui la caractérise.

Le Québec est la deuxième plus grande province du Canada par la superficie et première par le nombre de toponymes (env. 125 000). Un territoire certes vaste mais beaucoup plus "occupé". Nous verrons plus loin que l'essentiel des toponymes sont associés à des lacs et correspondent à des lieux qui sont connus et répertoriés même si peu habités, en raison de l'exploitation pour l'énergie hydroélectrique. L'Ontario et la Colombie-Britanique, provinces les plus peuplées avec le Québec, sont relativement plus petites en surface mais possèdent toutes deux un nombre important de toponymes (respectivement 57 000 et 40 000), témoignant d'une forte occupation humaine. Ce sont les provinces les plus urbanisées avec les trois seules aires métropolitaines que compte le pays (Montréal au Québec, Toronto en Ontario, Vancouver en Colombie-Britanique).

Made with Flourish



Made with Flourish


Les provinces maritimes (Iles du Prince Edouard, Nouvelle Ecosse et Nouveau Brunswick) occupent de relatives petites surfaces sur la façade atlantique du Canada, mais sont densément peuplées en comparaison des autres provinces canadiennes.

Les provinces des grandes plaines (Manitoba, Saskatchewan et Alberta) sont relativement peu peuplées au prorata de leurs surfaces. On y traverse des paysage marqués par l'agriculture intensive, l'exploitation pétrolière, les prairies et et la chaîne des montagnes Rocheuses qui longe la frontière entre l'Alberta et la Colombie-Britanique.

Le Canada, d'abord une terre d'eau



Il ressort dans la cartographie ci-dessus que toutes les provinces, même celles disposant d'un petit nombre de toponymes relativement à leurs voisines, disposent d'un grand nombre de lieux associés à l'eau.

Made with Flourish



Le Canada est d'abord une terre d'eau. Sur les 350 474 toponymes recensés à travers les 13 Provinces du pays dont l'immensité s'étend sur 10 millions de kilomètres carrés, 62% sont des noms attribués à des lieux en rapport avec l'eau (lacs, rivières, etc.), soit environ 217 000 lieux. C'est six fois plus que la France ne compte de communes ! La classificiation officielle propose une typologie des "water feature" comptant 163 catégories différentes, des lacs aux rivières en passant par les étangs, les bassins, les mouillages et les rapides... Ci-dessous un échantillon des premiers éléments aquatiques les plus présents sur le territoire canadien :

Made with Flourish


On dénombre aussi 1471 ports, témoignant de la forte composante maritime historique du Canada.
42% des toponymes associés à l'eau sont situés dans la province du Québec, 16% en Ontario, 8% pour Terre-Neuve et Labrador, 6% en Nouvelle-Ecosse, à l'est du pays. **Le Québec demeure la première province de l'eau du Canada, avec 62 146 lacs et environ 12 000 ruisseaux, sans oublier bien-sûr le fleuve du Saint-Laurent, large de 1000 km à son embouchure. Le Québec compte 1408 barrage sur les 1541 que compte le pays.

Made with Flourish




Topographie et reliefs



Après les toponymes associés à l'eau, ce sont ceux associés à la topographie que l'on trouve en plus grand nombre au Canada. 73 500 noms de lieux sont attachés à des formes de relief, la première étant les îles qui sont au nombre de 19 822 pour l'ensemble du territoire national. Viennent ensuite les lieux-dits ("points") au nombre de 14 576, puis les monts ("mounts"), environ 5 000 toponymes. On dénombre ensuite des roches, des montagnes, des pics (env. 1 600), des caps, des péninsules, des ravines, et 1 142 plages.

Là ce sont la Colombie-Britanique (province de l'ouest du pays, sur la facade pacifique) et Terre Neuve (facade Atlantique) qui dénombrent le plus de "terrain feature"(respectivement 14 000 et 13 000 toponymes), suivies de près par le Québec et l'Ontario (env. 11 500 toponymes liés à la topographie chacune).


Pour poursuivre l'exploration, voir : L'histoire du peuplement du Canada d'après ses toponymes

Post suivant Post précédent